New blog post by Sylvie Imata & Josaphat Musamba: "Basi Mumbuti ni Mutu ?"

(02-02-2021) La résistance Bambuti et les perceptions controversées des éco-gardes dans le PNKB au Sud-Kivu.

Entre le 23 et le 24 Avril 2019, des violents affrontements ont été enregistrés entre éco-gardes et Bambuti à Madiriri, occasionnant la mort de deux personnes en l’espace de deux journées. On déplora la mort d’un membre de la communauté Bambuti i, qui en représailles, les Bambuti tuèrent un éco-garde de l’ICCN, alors qu’il allait s’approvisionner en nourriture au marché. Concomitamment, un autre fut grièvement blessé puis conduit au centre de santé à Miti, dans le territoire de Kabare. Des sources proches du terrain à ce temps, faisaient état d’un éco-garde abattu par les Bambuti dans la journée du 24 avril 2019. Etant donné que ce dernier était affecté au poste de patrouille de Madiriri (une localité du territoire de Kalehe) ; sa mort aurait été une goutte d’eau qui alimenta le règlement des comptes entre éco-gardes et les Bambuti. Si ces derniers vengeaient l’un d’eux, tué par les éco-gardes, il n’en demeure moins que sa mort expliquerait un conflit et des tensions chroniques autour de la conservation de la faune et la flore dans le parc national de Kahuzi-Biega. Les responsables de l’ICCN-PNKB avaient lancé un ultimatum aux Bambuti de quitter la zone au plus tard la fin du mois d’Avril 2019, les reprochant d’être à la base desdits incidents autant que de la destruction macabre des ressources de ce parc. Pourtant les Bambuti, dans leurs positionnalités, leurs conceptions et perceptions , se considèrent comme des « ayants droit » dans ces grands espaces, conditionnant ainsi leur « exit » du parc par une rétribution ou contrepartie foncière. Ils assurent être prêts à libérer l’espace, sous la seule condition que l’État congolais leur attribue des terres où s’installer. N’étant pas nomades, ces derniers brandissaient leurs « droits de premiers occupants », qui leur confèrerait des droits exclusifs d’accès aux terres comme tous les autres Congolais. 

Read the full blog post on the Le Groupe d’Etudes sur les Conflits et la Sécurité Humaine (GEC-SH) website